-->

La nécessité d’ouvrir le dialogue

En France, le rôle de l’agent littéraire est encore très peu répandu

Si l’écriture est un apprentissage complexe et pointu, il est tout aussi important pour un auteur de connaître le fonctionnement de la chaîne du livre. Nous faisons partie de cet ensemble, et nous avons besoin de savoir comment il s’articule pour nous professionnaliser

Marie Caillet

« … La situation n’est pas simple, j’en ai bien conscience. Je connais les problématiques éditoriales et je comprends qu’un éditeur ait un budget à gérer. La surproduction actuelle ne favorise pas non plus une rémunération décente de la majorité des auteurs, ce qui est un autre sujet de préoccupation. 

Cependant, je suis convaincue qu’il est possible de trouver un juste milieu pour contrer ce déséquilibre de considération (de la part des éditeurs). Dans l’état actuel des choses, je constate au quotidien que corriger, lire ou préparer un texte est mieux rémunéré que l’écrire. Cela me paraît très symptomatique de la faible reconnaissance qu’on accorde aujourd’hui au travail de l’auteur. 

Alors, que faire ? En France, le rôle de l’agent littéraire est encore très peu répandu. Les auteurs doivent en grande majorité endosser seuls les deux facettes de leur métier. Étant donné le fonctionnement actuel du système, il nous faut faire avec, et prendre à bras le corps cette double fonction – apprendre les tenants et les aboutissants des contrats… »

Marie Caillet, auteur chez Michel Lafon

 

Voilà entre autre, à quoi sert un agent littéraire !

 

 

Mentions légales | Contact IMB Conseil | - Conseil en édition